Bienvenue !
 




Pyl

Jean Louis BURDET
27 Rue Saint Clair
Saint Etienne les Orgues
04230


Tél: 07 84 30 80 18
Mail; Pylarts@gmail.com

*************


Classification par :
                                                                          Francis Parent, critique d'art.

                                                                                     Classification : A180-B130-C130-D115

*********************

Critique :
 
  Journaliste - critique d'art, Léo Ren
                                 https://www.instagram.com/p/B0fwESDIsPw/

****************

Immatriculation
Numéro d'immatriculation:
Création Artistique relevant
des arts plastiques.


Numéro SIREN 325 782 662,
SIRET 325 782 662 00036,
code APE 9003A

**************
Qui suis-je ?

Biographie
 
Pyl, de son vrai nom Jean Louis Burdet, est un artiste peintre contemporain né dans le Var,

à Draguignan, en 1952.

 
1977 - La vocation artistique

Pyl développe très jeune une passion pour la photographie. C’est depuis son village Provençal

(Le Muy) et avec les encouragements du photographe local qu’il s’inscrit en 1977 au cours par

correspondance de photographie proposés par l’école universelle de Paris.

 
1982 - La reconnaissance

Il présente entre 1982 et 1983 de nombreuses expositions sur toute la Côte d’Azur et est alors

reconnu photographe d’art lorsqu’il s’est vu remettre le 1er prix du

“Grand Prix de la Côte d’Azur” en 1982.

Ses photos de balles de fusil en plein vol et de rayons lumineux de différentes couleurs sur fond

noir se démarques des photos d’art jusqu’alors proposées au public.

 
1984 - L’incompatibilité entre le souffle créatif et les contraintes de la vie.

Il ouvre cette année-là son premier studio de photographie d’art. Un parcours semé d'embûches

tant sur le plan professionnel que personnel qui le contraignent à reprendre une activitésalariée.

Il reste tout de même très attentif au monde des arts et fréquente autant d’expositions possible.

 
1998 - Le désert artistique.

Il s’installe à Saint Martin dans les Antilles françaises et va y vivre pendant 12 ans. L’art y est

difficile d’accès. C’est aussi à cette époque que le numérique prend le pas sur l’argentique.

Pyl perd lentement la flamme qui anime sa créativité.

 
2009 - Le tournant.

De retour en France métropolitaine, il s’installe dans la région d’Aix-en-Provence et replace

son oeil d’artiste derrière l’objectif cependant l’ère du numérique ne l’anime pas et il se tourne

doucement vers les expositions de peinture.

Il approfondit ses connaissances en matière d’histoire de l’art et se nourrit des œuvres chargés

d’histoire de peintres célèbres tels que Velasquez, Goya, Caravage, Rembrandt, Vinci, Monet,

Renoir, Picasso, Dali, …

 
2014 - La renaissance

Il s'inscrit aux ateliers ouverts de dessin à l'école des beaux arts d’Aix en Provence, 

2015 et 2016 il s'inscrit aux ateliers ouvert de peinture à l'école des beaux arts d'Aix en Provence

et présente timidement ses œuvres au public lors d’expositions aixoises entre 2015 et 2016.

 
Janvier 2017 - La retraite d’un artiste

C’est en janvier 2017 que Pyl prend sa retraite et peut enfin se consacrer entièrement à son art.

Il se retire dans un petit village de montagne (St Étienne les Orgues)

et ouvre officiellement son atelier de peinture.

Il se détache de ses connaissances sur les grands peintres qu’il avait étudié, des idées reçus

sur le monde de l’art et des techniques de peintures conventionnelles pour se chercher

artistiquement.
 
Tableau après tableau, essai après essai, allant d’insatisfaction en mécontentement jusque

parfois même à la confusion, il continu de chercher son identité artistique.

Les montagnes, la randonnée et un contact permanent avec la nature le ressourcent, le recentrent.

De nombreux tableaux servent plusieurs fois, il efface, recommence, cherche sa voie,

sans jamais vouloir copier et refaire ce qui existe déjà.

 
Septembre 2017 - L’idée

C’est dans la frustration qu’il trouve son style, son inspiration. C’est une pile de papier

froissés et rejetés qui l’interpelle. Il couvre alors une feuille vierge de différentes couleurs et la

plie, plusieurs fois, un pli long, un pli court… pour la première fois il contemple son travail avec

un sentiment de satisfaction.

C’est après s’être assuré avec soulagement qu’aucun autre artiste n’avait eu cette idée avant lui

qu’il la développe. Il peint, pli, agrafe, monte, encadre… Il voit dans les ondulations de la toile

ces montagnes qui l’apaisent tant. Les toiles sont de plus en plus larges, les techniques de

pliages de plus en plus élaborées. Il voit de multiples possibilités au fil de ses créations.

Le regard ne suffit pas pour appréhender ses œuvres, elles se ressentent, elles se vivent.

Non seulement elles ouvrent l’esprit de ceux qui les contemplent mais elles les invitent aussi

gentiment vers l’introspection. Elles ne demandent maintenant qu’à être partagées.

 
Fevrier 2019

La peinture est un art difficile

On risque de se rendre malade en tentant de s’y soigné.

L’abstrait m’a toujours attiré c’est un genre très exigeant, il faut savoir saisir la subtilité des couleurs

et faire resurgir l’éclat de la lumière.

Pour ce qui me concerne, c’est à la fois un art difficile passionnant et même parfois désespérant.

Le doute est toujours présent à chaque coulage dans le mélange des couleurs.

Pour tenter d’organiser ce chaos dans un tableau et donner un sens aux couleurs, avec la densité de lumière.